Parcours d’études

Maxime Ginolin, né en France à Aix-les-Bains le 28 septembre 1988 d’un père français et d’une mère italienne, est un personnage singulier dans le paysage artistique français.

Alors qu’il est encore très jeune, ses parents l’emmènent vivre au Maroc où il y restera jusqu’à ses 19 ans. Il obtient son baccalauréat littéraire, puis revient en France pour y suivre des études en psychologie. Il y met un terme au bout de deux ans pour se consacrer à la composition musicale. Il intègre une année plus tard, l’école Factory de Lyon, où il obtient son diplôme de réalisateur-metteur en scène en 2013.

Univers artistique

Compositeur, chanteur, réalisateur et acteur, Maxime Ginolin a trouvé son inspiration auprès d’artistes tels que Jim Carrey, Danny Elfman, Kurt Cobain, Eddy Vedder ou encore Andy Kaufman. En 2010, sa carrière prend une tournure schizophrénique, lorsqu’apparaît le personnage fantastique de MagiCJacK.
Maxime Ginolin réalise ses œuvres avec une esthétique proche de celle de Tim Burton et de la violence théâtralisée du rocky horror picture show.

Musique

L’univers musical de Maxime Ginolin est inspiré de rock, grunge, sonorités tribales et de musique de films

En 2012, l’artiste sort cette fois en son nom propre un album intitulé « Human or not Human », où il aborde de nouveau ses thèmes de prédilection. C’est à l’issue de cet album que Maxime part pour sa première tournée promotionnelle en France, en 2013. L’année suivante, il est invité à se produire en Europe et au-delà, avec des concerts en Suisse, en Italie, au Luxembourg, en Belgique, mais aussi au Canada et aux USA.

Certaines images qu’il a tournées durant son périple au Gabon serviront à la réalisation du clip « Make the Connection » en 2014, chanson qui sera présente de son prochain album « Evolution or Extinction » dont la sortie est prévue fin 2017.

Cinéma

En parallèle à la sortie de son album en 2013, Maxime Ginolin réalise le film « Le Jugement » qui critique les lobbies de l’agroalimentaire et de la société spéciste au travers du personnage de MagiCJacK. Le film connaît un succès immédiat sur internet, dépassant plus d’un million de vues. Il devient ainsi le moyen-métrage français le plus visionné de toute l’histoire de YouTube. Le film est projeté à Los Angeles, lors de la National Animal Rights Conference en 2014 et au World Vegan Summit en 2015. Une sortie internationale en version anglaise est prévue fin 2015.

A la suite de ce film, Maxime Ginolin réalise la vidéo « Evolution », dans laquelle MagiCJacK tient un discours proposant des solutions alternatives pour contrer la surconsommation et la destruction de la planète.

Lors de son voyage aux Etats-Unis, dans le cadre de la projection de son film «Le Jugement », Maxime Ginolin rencontre Shaun Monson, réalisateur du film « Earthlings ». Ensemble ils décident de produire une nouvelle version du film en français qui paraît cette même année, pour laquelle Maxime prête sa voix.

Engagement

Vegan depuis plusieurs années, il est très engagé dans la lutte contre le génocide animal et la destruction de l’environnement. Son travail artistique vient appuyer ses positions contre le spécisme, le racisme, le sexisme et l’homophobie.

Dans le cadre de son engagement, il part au Gabon en 2014 enquêter sur le trafic d’espèce aux côtés de son ami Luc Mathot de l’ONG Conservation Justice qui lutte sur le terrain pour faire cesser le braconnage. A la sortie du clip « Make the Connection », en collaboration avec plus d’une dizaine d’organisations, les deux amis lancent une cyberaction pour faire pression sur la CITES, organisme censé réguler le trafic faunique.

En parallèle à sa carrière, Maxime Ginolin anime des conférences qui traitent de l’environnement, de la santé et du droit animal. Il a déjà tenu des conférences en France, notamment à l’Université de la Sorbonne et l’Université des Sciences de Marseille, en Suisse, en Belgique, au Québec et au Maroc.